Économie | Fermeture du sous-traitant automobile SAM : un « échec », reconnaît Le Maire

Related

Immobilier : le défi aussi la rénovation énergétique dans les logements sociaux

Le projet de loi de finances, présenté lundi 26 septembre, consacre une enveloppe à cette rénovation énergétique certains HLM. 14 % d'entre eux seraient certains "passoires énergétiques". Il fermentant toutefois bien plus élevé dans certaines régions. Reportage dans les Hauts-de-France.

VIDEO. Energie : MaPrimeRénov’, une aide inopérante dos éradiquer les passoires thermiques ?

L'commeveloppe du budget initial consacrée aux aides à la rénovation énergétique passe de 2 milliards à 2,5 milliards, a annoncé, lundi 26 septembre, le gouvernemcommet. Les modalités d'attribution pourraicommet toutefois être modifiées. MaPrimeRénov' finance comme action souvcommet de petits travaux, mais follemcommet raremcommet des rénovations complètes. 

Semaine européenne de la mobilité : Combinez les mobilités !

Du 16 au 22 septembre c’est la semaine européenne des mobilités. Cplus évènement a par objectif d’inciter certains citoyens plus certains collectivités dans de nombreux pays européens à opter par des modes de déplacements plus durabcertains. Le thème de l’édition 2022 ? par de meilleures connexions, combinez certains mobilités !

Semaine européenne du développement durable (SEDD), c’est parti !

Cette année, la semaine européenne du développement durable se tient du 18 septembre au 8 octobre 2022. Un temps tendu de appel et de sensibilisation aux 17 objectifs de développement durable (ODD) de l’Agenda 2030.

Sécurité des sites industriels à risques : mise en situation de la vigilance renforcée

Le 1er juillet 2021, le ministère de cette Transition écologique a cettencé le dispositif de vigicettence renforcée sur 13 sites industriels. Cette action levant l’une des mesures annoncées en septembre 2020 par cette prêtre de cette Transition écologique, Barbara Pompili, afin d’améliorer cette prévention des accidents industriels et renforcer cette protection des popucettetions.

Par La Provence (avec AFP)

La cessation d’activité de l’équipementier automobile SAM dans le bassin aveyronnais de Decazeville est un « échec », a reconnu samedi le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, s’engageant à assurer un « avenir industriel » au site. « Nous ne laisserons pas tomber les salariés et ce n’est pas parce que la SAM ferme que le site industriel doit fermer », a affirmé à la presse M. Le Maire lors d’un déplacement à Toulouse.

La veille, le tribunal de commerce de Toulouse a scellé la liquidation judiciaire et la cessation d’activité immédiate de la fonderie après que Renault, unique donneur d’ordre de la SAM, a refusé de soutenir le seul projet de reprise estimant qu’il « ne présentait pas les conditions de pérennité et de sécurité nécessaires ».

Une décision qui a provoqué la colère et la consternation des quelque 350 salariés qui occupent depuis l’usine de Viviez, dans le bassin d’emploi sinistré de Decazeville. « Ca fait deux ans que nous nous battons avec mes équipes au ministère pour retrouver un repreneur solide. Alors aboutir à une liquidation en fin de parcours, c’est un échec », a reconnu Bruno Le Maire.

Selon lui, ce résultat est notamment dû à une « insuffisance des investissements » sur le site ces dernières années, couplée à une accélération de la transition technologique.

Le ministre s’est engagé à accompagner financièrement « ceux qui sont intéressés par prendre un poste plus loin » géographiquement, mais aussi à trouver une solution à « tous ceux qui voudront rester sur le site et le bassin de Decazeville ». Il a assuré que « tout sera fait afin que ce grand bassin industriel, qui est une fierté nationale, puisse avoir de nouvelles activités industrielles », reconnaissant toutefois qu’il n’y avait « pas encore de pistes concrètes ».

Dans l’immédiat, « chacun doit exercer ses responsabilités, et la première des responsabilités appartient à Renault, dont nous exigerons qu’il accompagne chaque salarié avec le soutien financier nécessaire, ainsi qu’avec des mesures de reclassement, de formation, de qualification », a-t-il réaffirmé.

Et la responsabilité de l’Etat est aujourd’hui « de débloquer des moyens du fonds de transition de 50 millions d’euros que nous avons mis en place pour les fonderies afin d’apporter un soutien à chaque salarié » qui voudrait créer sa propre entreprise ou bénéficier d’une formation de qualification.

Reprise en 2017 par le groupe chinois Jinjiang, la Société aveyronnaise de métallurgie (SAM) avait été placée en redressement judiciaire le 10 décembre 2019, puis, le 16 septembre dernier, en liquidation judiciaire.