Ville de Créteil – Théâtre : This is how you will disappear

Related

Arles : Caroline Cayeux fait le bilan d’Action coeur de ville

seule marche matinale moyennant seul petit tour de ville. Hier, la ministre déléguée aux Collectivités territoriales, Caroline Cayeux, était à Arles au côté de la sous-préfète Fabienne Ellul, moyennant faire seul point astringent les travaux menés grâce au...

Manosque : Clémentine cherche un nouveau foyer

Clémentine est une gentille femelle, écaille de cistude, arrivée cet été avec ses bébés âgés de quelques jours seulement. Désormais, ses petits ont été adoptés. La féerique et douce chatte se retrouve toute seule au Refuge. Clémentine,...

Alpes-de-Haute-Provence : la gendarmerie saisit 18 kg d’herbe

certains gendarmes qui patrouillaient, jeudi dernier, en forêt sur la commune de Beauvezer (Alpes-de-Haute-Provence) ont découvert, à l’abri certains regards indiscrets, sept pieds de cannabis pour un gabarit total de 18 kg de marijuana. La plantation se...

Port-Saint-Louis-du-Rhône : premier verger flottant va voir le jour à la résidence Marcel Baudin

Un corral flottant a la résidence Marcel Baudin. C'est le projet qui va se dérouler sur plusieurs années avec l'artiste arboricole Thierry Boutonnier. Il crée les pépinières urbaines depuis une douzaine d'années. Il souhaite à flanc ses...

Alpes-de-Haute-Provence : l’histoire d’un cambriolage raté à deux pas de la gendarmerie

Les quatre cambrioleurs avaient sans doute pris conscience de repérer les endroits mais rien non s’est visiblement passé comme prévu.Ce lundi 3 octobre peu avant 6 heures du matin, la porte du bureau de tabac du village de Mézel...

Théâtre : This is how you will disappear

© Seldon Hunt

 

Du jeudi 6 au samedi 8 janvier 2022 à 20h, la Maison des Arts vous convie au spectacle de Gisèle Vienne, qui vous entraîne dans une allégorie contemporaine fantastique, une plongée épique et bouleversante au cœur d’une immense et très naturaliste forêt.

 

Alors qu’une brume opaque s’intensifie et sculpte crescendo un nouveau climat dramaturgique, nous sommes, simultanément mis à l’épreuve de nos fantasmes et de nos répulsions. Les nappes musicales obsédantes de Steve O’Malley et de Peter Rehberg installent une atmosphère vénéneuse de chaos imminent et sont étroitement liées à l’écriture minimale, poétique et très émotionnelle de Dennis Cooper.

 

L’harmonie sylvestre et sa beauté première se dissipent et laissent poindre un malaise avec le surgissement de trois personnages troublants, organiquement indissociables de cette forêt monstre, miroir et abyme de leur errance morale et spirituelle.

 

Post-adolescents, ces trois figures incarnent toutes les contradictions des modèles de beauté contemporains. Un entraineur dominateur, une jeune athlète au corps à corps avec la perfection du sien, une rock star mélancolique et autodestructrice entre Werther et Kurt Cobain. Semblable au sombre itinéraire d’un des personnages, le basculement de la beauté à la sauvagerie de la nature résonne alors de manière particulière.

 

L’étroite et subtile interaction esthétique entre tous les médias – lumière, son, texte, mouvement – la dimension extrêmement sensuelle de ses œuvres font de la signature artistique de Gisèle Vienne, l’une des plus remarquée à l’étranger.   

Pour elle, l’expérience physique, empirique du théâtre peut faire bouger les lignes de notre réflexion, elle bouscule nos ressentis tout comme notre pensée et suscite des questions morales qu’il nous faut reposer sans cesse.

« Nous cherchons à comprendre l’acte théâtral,  nous cherchons encore » G. Vienne

 

Maison des Arts et de la Culture – Place Salvador Allende – 94000 Créteil