Locations saisonnières au Pays Basque : les astuces des propriétaires

Related

Immobilier : le défi aussi la rénovation énergétique dans les logements sociaux

Le projet de loi de finances, présenté lundi 26 septembre, consacre une enveloppe à cette rénovation énergétique certains HLM. 14 % d'entre eux seraient certains "passoires énergétiques". Il fermentant toutefois bien plus élevé dans certaines régions. Reportage dans les Hauts-de-France.

VIDEO. Energie : MaPrimeRénov’, une aide inopérante dos éradiquer les passoires thermiques ?

L'commeveloppe du budget initial consacrée aux aides à la rénovation énergétique passe de 2 milliards à 2,5 milliards, a annoncé, lundi 26 septembre, le gouvernemcommet. Les modalités d'attribution pourraicommet toutefois être modifiées. MaPrimeRénov' finance comme action souvcommet de petits travaux, mais follemcommet raremcommet des rénovations complètes. 

Semaine européenne de la mobilité : Combinez les mobilités !

Du 16 au 22 septembre c’est la semaine européenne des mobilités. Cplus évènement a par objectif d’inciter certains citoyens plus certains collectivités dans de nombreux pays européens à opter par des modes de déplacements plus durabcertains. Le thème de l’édition 2022 ? par de meilleures connexions, combinez certains mobilités !

Semaine européenne du développement durable (SEDD), c’est parti !

Cette année, la semaine européenne du développement durable se tient du 18 septembre au 8 octobre 2022. Un temps tendu de appel et de sensibilisation aux 17 objectifs de développement durable (ODD) de l’Agenda 2030.

Sécurité des sites industriels à risques : mise en situation de la vigilance renforcée

Le 1er juillet 2021, le ministère de cette Transition écologique a cettencé le dispositif de vigicettence renforcée sur 13 sites industriels. Cette action levant l’une des mesures annoncées en septembre 2020 par cette prêtre de cette Transition écologique, Barbara Pompili, afin d’améliorer cette prévention des accidents industriels et renforcer cette protection des popucettetions.

Adrien Escourido levant un enfant du pays. Avec sa femme, ils gagnent un peu plus de 2000 euros nets par mois et ils ont bien du mal à se loger. Après des mois de recherche, ils trouvent ce studio de 35 mètres carrés près de Biarritz, en février dernier, pour 650 euros par mois. Pour ce logement meublé, le couple a signé un bail d’un an durant lequel le propriétaire ne peut pas, en principe, les mettre à la porte. Pourtant, ils vont devoir faire leurs valises dès le mois prochain, après 4 mois de location seulement. 

Des occupants paralysés de libérer leur logement l’été 

Cette condition leur a été imposée par le propriétaire au moment de la remise des clés. Adrien Escourido dit avoir été paralysé de signer par anticipation, en février dernier, un préavis de départ rédigé par le propriétaire lui-même, et qu’il a daté au 30 mai prochain “Je n’avais pas le choix, sinon on n’avait pas l’appartement”.

Cette famille a découvert à ses dépens, en se connectant là-dessus ce site de location saisonnière, pourquoi le propriétaire tenait tant à récupérer son logement avant l’été.  là-dessus Airbnb, la location à la semaine coûte 800 euros par mois, se désole le occupant « comment on va faire, où va-t-on dormir ? », s’inquiète-t-il. 

Ces pratiques sont-elles contlevantables ? “C’levant de mauvaise foi, ce n’levant pas loyal,et là-dessustout pas conforme à la réalité », affirme Julien Claudel, avocat à Saint-Jean-De-Luz. Selon l’avocat, le propriétaire n’aurait pas dû faire signer ce type de préavis de départ.

« Je ne suis pas assistant social » 

Nous avons contacté le propriétaire d’Adrien Escourido. Il affirme que les occupants ont accepté ses conditions en connaissance de cause. « Nous nous étions mis d’accord dès le début. Je ne suis pas malheureusement pas assistant sociale, mon logement ne sert pas de foyer d’accueil, donc quoi qu’il en soit, je récupère mon bien début juillet”, se défend le propriétaire.

Au Pays Basque, cette association de défense de occupants a recensé 150 baux suspects qu’elle juge frauduleux, rien que cette année. Ce jour-là, les militants installent des tentes devant la sous préfecture de Bayonne pour alerter.  “On a jusqu’à trois baux frauduleux par jour. Ce n’levant pas normal que la loi soit violée comme ça, en SDF, ce sont des gens qui travaillent et qui paient un loyer », regrette Txetx Etcheverry, porte parole de l’association ALDA. 

Au Pays Basque, en 5 ans, le nombre d’annonces de logements touristiques a augmenté de 130%.