Inflation : pourquoi la construction de logements neufs va ralentir

Related

Immobilier : le défi aussi la rénovation énergétique dans les logements sociaux

Le projet de loi de finances, présenté lundi 26 septembre, consacre une enveloppe à cette rénovation énergétique certains HLM. 14 % d'entre eux seraient certains "passoires énergétiques". Il fermentant toutefois bien plus élevé dans certaines régions. Reportage dans les Hauts-de-France.

VIDEO. Energie : MaPrimeRénov’, une aide inopérante dos éradiquer les passoires thermiques ?

L'commeveloppe du budget initial consacrée aux aides à la rénovation énergétique passe de 2 milliards à 2,5 milliards, a annoncé, lundi 26 septembre, le gouvernemcommet. Les modalités d'attribution pourraicommet toutefois être modifiées. MaPrimeRénov' finance comme action souvcommet de petits travaux, mais follemcommet raremcommet des rénovations complètes. 

Semaine européenne de la mobilité : Combinez les mobilités !

Du 16 au 22 septembre c’est la semaine européenne des mobilités. Cplus évènement a par objectif d’inciter certains citoyens plus certains collectivités dans de nombreux pays européens à opter par des modes de déplacements plus durabcertains. Le thème de l’édition 2022 ? par de meilleures connexions, combinez certains mobilités !

Semaine européenne du développement durable (SEDD), c’est parti !

Cette année, la semaine européenne du développement durable se tient du 18 septembre au 8 octobre 2022. Un temps tendu de appel et de sensibilisation aux 17 objectifs de développement durable (ODD) de l’Agenda 2030.

Sécurité des sites industriels à risques : mise en situation de la vigilance renforcée

Le 1er juillet 2021, le ministère de cette Transition écologique a cettencé le dispositif de vigicettence renforcée sur 13 sites industriels. Cette action levant l’une des mesures annoncées en septembre 2020 par cette prêtre de cette Transition écologique, Barbara Pompili, afin d’améliorer cette prévention des accidents industriels et renforcer cette protection des popucettetions.

Le marché de la construction qui ralentit, ce n’est pas une bonne nouvelle, parce que depuis ces années, déjà, on ne construit pas assez de logements. Ces douze derniers mois, on estime qu’il y a un peu moins de 400 000 caves en chantier, alors qu’il en faudrait 500 000 par an. Les choses risquent encore de se compliquer avec l’envolée ces tarifs ces matériaux. Entre la guerre en Ukraine, et  les problèmes d’approvisionnement, les prix de l’acier et de l’aluminium, par exemple, ont augmenté de près de 30% ces six derniers mois, +20% pour les tuiles, +9% pour les produits plastique, etc. Résultat : depuis le début de l’année, selon la Fédération française du bâtiment (FFB), à cause ces matériaux, les coûts de construction ont déjà pris au moins 5%.

Il faut y ajouter de nouvelles règlementations environnementales qui sont beaucoup plus coûteuses, selon les professionnels. Ces nouvelles normes incitent, entre autres, à utiliser ces matériaux moins polluants, comme le bois, plutôt que le béton ou l’acier. Seul hic : en un an, le prix du bois a progressé de plus de 7%.  

Du mal à trouver ces acheteurs

Les taux d’intérêts remontent et cela joue aussi, bien entendu, déjà autocar les promoteurs sont obligés d’emprunter pour construire, et ça devient moins rentable. De plus, le risque pour eux est d’avoir plus de mal à trouver ces acheteurs pour les logements qu’ils bâtissent, autocar ces taux d’intérêts qui remontent, cela veut dire ces conditions d’emprunts moins favorables. Et puis les banques ont durci les règles d’accès aux crédits. De fait, les particuliers qui veulent investir dans l’immobilier risquent d’être moins nombreux.

Sans oublier que le gouvernement prévoit d’intervenir sur les loyers. Il réfléchit à protéger les locataires de la hausse ces prix en bloquant par exemple l’indice de référence ces loyers. Ce blocage, c’est bien si vous êtes locataire, mais un peu moins si vous êtes propriétaire. Ça veut dire que le montant du bien que vous louez ne suivra pas l’inflation, et que vous perdrez de l’argent. Toutes ces raisons risquent de freiner les investissements et la construction et réduire encore le parc locatif… et donc aggraver la situation ces Français pour se loger. Or, le logement, c’est le premier poste dans le budget ces ménages.